Mourrejade 2006

Publié le par Balthasar Sievers

La Mourrejade 2006 organisée par la section voile latine de l’association Lei Pescadou de l’Estaco www.sn-pescadou.com , à été notre première participation à un rassemblement de voiles latines.
Jeudi 31 Août :
Nous quittons notre mouillage du Brusc beaucoup plus tard que prévu, le temps de chercher encore une lampe à pétrole, de faire le ravitaillement en gasoil et en nourriture et c’est parti.
Malgré des journées encore longues, après une heure de navigation c’est la nuit et tout les repères visuels changent. Nous arrivons à nous repérer grâce aux lumières de la ville de Bandol car notre objectif est de passer la nuit au mouillage dans la calanque du port d’Allon. Après quelques coups de gueule entre frères à propos de la sèche à l’entrée de la calanque nous jetons l’ancre bien à l’abri.
Aaron en bon pécheur lance une ligne pour la nuit. Pour une première nuit passée à bord nous avons plutôt bien dormi.
Vendredi 01 Septembre :
Au petit matin Aaron relève la ligne et nous avons la chance de remonter une murène.
Cap sur la Ciotat, les calanques de Cassis et Marseille. Cette journée de navigation à été très agréable mais le manque de vent nous à obligé de marcher en nous aidant du moteur. L’arrivée en rade de Marseille avec une petite brise nous à fait tellement plaisir que nous avons appelé tous les copains au téléphone pour qu’ils viennent nous voir depuis la corniche. Une autre voile latine nous précède c’est La Catalina  venue de Cagnes sur Mer http://aventurepluriel.fr , elle nous salue et nous montre l’accès au port de l’Estaque.
L’accueil au port de l’Estaque à été formidable et l’André Jean à tout naturellement trouvé sa place parmi la dizaine de barquettes venues depuis Cagnes sur Mer, Toulon, Martigues, Arles et le Monté Cristo star locale du rassemblement.
Le bon contact avec Elie, Thierry et Karim principaux organisateurs de cette rencontre nous a sur motivés pour rester dans la rade de Marseille à tout prix. Dans l’optique de naviguer plus souvent et surtout de participer aux autres évènements.
Samedi 02 Septembre :
Après les palabres sur les quais, place à la première « régate », mais chose rare pour le climat méditerranéen, une épaisse brume de chaleur et l’absence totale de vent, ont transformé cette régate à la voile en course à l’aviron. L’armement de notre barquette étant nullement complet, et notamment nos avirons minuscules nous ont tout de suite fait comprendre qu’une des prochaines choses à faire était de nous fabriquer une paire d’avirons sérieux. L’équipage du Monté Cristo nous à pris en pitié et comme ils assuraient la fonction de bateau comité, ils nous ont prêté leurs avirons et un compas.
C’est donc à l’aviron au compas et à la corne de brume que nous nous sommes lancés sur le parcours, ne sachant pas qui était devant ni derrière nous. Au résultat nous avons eu la surprise d’assurer une belle deuxième place en rattrapant le Césaire Bonnaventure de l’association Allège du Rhône juste avant de franchir la ligne d’arrivée. Chacun sait qu’un équipage forme un tout et nous sommes donc très fiers de notre exploit , mais nous pouvons remercier Bruno et Nicolas les deux frangins rugbymans qui ce sont démenées comme des diables.
Après l’apéro, la remise des prix à été une autre occasion de rigoler et nous sommes repartis avec un lot de bouquins d’aventures maritimes et un tableau de John Pandrai représentant l’entrée du vieux port au temps de la marine à voile latine.
En fin ripaille et feu d’artifice ont conclu cette première journée.

Dimanche 03 Septembre :
La brume se lève un peu, et une petite brise nous permet de naviguer tous ensemble vers l’ile du Frioul où nous réalisons un apéro pique-nique au mouillage dans une petite calanque. C’est à nouveau l’occasion de discuter avec les autres équipages et de faire connaissance avec le photographe Jean Huet à qui nous devons quelques beaux clichés de cet article. C’est un peu le reporter officiel de la résurrection des barquettes à voile latine et notamment le coauteur du livre VOILES LATINES (voir rubrique bibliographie de ce blog). Vous trouverez de nombreux reportages photos concernant les barquettes à voile latines sur son site : www.jean-huet.com
Le retour sous voiles jusqu’au port de l’Estaque nous à permis de tirer quelques bords de largue et de tester notre gréement que nous n’avions pas encore eu l’occasion d’essayer depuis sa mise en place. Nous avons été ravis de voir que l’André Jean est assez rapide malgré son gréement un peu sous dimensionné.
 
Cet évènement nous à motivés pour quitter définitivement le mouillage du Bruc et de rester en rade de Marseille déjà pour participer à la rencontre des passionnés de la mer et de la tradition du 22 et 23 septembre organisé par Cap Marseille www.capmarseille.com .

Publié dans Le Journal de Bord

Commenter cet article

Thierry 27/06/2007 20:07

Bravo pour votre blog , il est déja classé parmi mes favoris. Je suis en recherche d'expériences sur la navigation avec une voile latine venant d'achever la construction d'une bette suivant les plans de John Pendray . Hors sur Bordeaux il y a longtemps que ce type de grément a deserté la région.  Vous faites alusion à un livre  réference du siécle dernier, auriez vous la possibilité de nous scanner les meilleurs pages sur votre blog. Encore bravo et bonne nave Thierry de Talence