Vire Vire 2007 et le défi du Rhinocéros

Publié le par Balthasar Sievers

Le Vire Vire est une régate organisée chaque année par la Société Nautique de Marseille. Elle est ouverte à tout type d’embarcation à voile, sa particularité étant que les départs se font en décalé suivant les jauges des concurrents. Les plus lents partent en premier les plus rapides une heure et demi plus tard, l’arrivée étant en temps réel pour tout le monde. Ce principe en fait une régate très populaire elle à accueilli environ 190 bateaux cette année.
Vire-VireJumelles3-copie-2.jpg
Chaque année quelques barquettes gréées à voiles latines ou houaris y régatent dans la classe des vieux gréements. Pour notre première participation nous avons voulu marquer le coup en défiant les autres barquettes afin de motiver plus de propriétaires à régatter. Ainsi cinq barquettes marseillaises ont pris le départ cette année : La Bonne mère, Le Monté Cristo, Atoll, Colombe et notre André Jean.
Le parcours, une boucle de 13 milles nautiques avec un départ sous la corniche qui sera aussi l’arrivée, ira en rade nord en passant par les balises de Canoubier et Sourdaras puis vers la rade sud en rasant les cailloux du château d’If et du Frioul.
Les vieux gréements et nos barquettes étaient donc du premier départ. Le vent plutôt fainéant ce dimanche d’automne, tourna de Nord Ouest à Sud Ouest, nous laissant barboter dans une bonne molle le temps de la renverse. Ceux qui ont su profiter des quelques risées avant la pétole ont tiré leurs épingles du jeu, nous distançant dés les premiers bords. Ainsi nous avons fait toute la course, bord à bord avec Colombe, nous battant férocement, sous un soleil de plomb, pour ne pas occuper la dernière place. Tantôt devant puis derrière et finalement devant, nous avons abandonné la régate à mi parcours au soleil couchant ayant la certitude de ne jamais couper la ligne d’arrivée avant la fin du temps règlementaire. Le résultat de ce défi, Monté Cristo finit deuxième des vieux gréements et donc premier des barquettes, Atoll est second et coupe la ligne dix minutes après le temps règlementaire, puis suivent La Bonne Mère, André Jean et enfin Colombe. Nous pouvons féliciter le courage d’Olivier à la barre de cette dernière qui fit cette course en solitaire ce qui n’est pas une mince affaire dans les virements de bord. 
VireVire2007-copie-1.jpg
Conclusion, ce sont les Pescadous du Monté Cristo qui auront le pot du Rhino, qu’on ira leur porter dans leur fief de l’Estaque et on y invitera tous les autres équipages de barquettes ayant fait le vire vire.
J’espère que cette expérience sera renouvelée, que notre défi aura fait prendre conscience aux organisateurs qu’une « classe barquettes » peut exister et que avec une réduction de parcours on aurait pu boucler une belle régate. De notre côté il est temps de faire bouger les autres barquettes grées de la rade afin d’être assez nombreux pour créer cette classe. Car d’autres évènements peuvent accueillir nos bateaux de manière à démontrer que nous nous battons pour que ce patrimoine reste vivant, car il ne faut pas oublier que le yachting marseillais à débuté avec des bettes et des barquettes à voile latine en témoignent les photos de l’exposition au pavillon flottant de la Société Nautique de Marseille.

Publié dans Le Journal de Bord

Commenter cet article